Résumé très subjectif des matchs amicaux du 17 Novembre, contre le BVB et l’UBM.

Les inconditionnels de Kaamelot se souviendront peut-être (sûrement) de cet épisode épique où Arthur explique à Perceval comment, lors des réunions de la table ronde, il faudrait qu’il raconte ses aventures. Ceci afin que le père Blaise puisse les noter et, qu’ensuite, elles entrent dans la légende.

Alors là, Perceval regarde le roi avec des yeux grands comme des soucoupes : « La légende ? C’est le truc écrit en tout petit sur le bas de la carte là ? » ; « Non ! » que te rétorque l’autre déjà agacé, avant de s’exaspérer encore : « Enfin si… Aussi. » Et là, on a droit au regard perdu de Perceval, planté à fleur de trogne noyée de désarroi, largué le pauvre gars !

Tout ça pour dire que parfois, pour écrire ces résumés, je me sens à la fois comme l’enfant spirituel de Perceval et d’Arthur (s’il vous plaît, n’essayez pas d’imaginer la faisabilité biologique d’une telle conception ! J’ai bien dit « spirituel »)

Cela se traduit par : Mais qu’est-ce que je vais bien pouvoir leur raconter ?

Qu’est-ce que je vais bien dégoiser encore pour que, comme t’expliquerait Arthur, en claquant des doigts avec moult et amples mouvements des poignets : « Pour que ça pète un peu, quoi… »

Parce que, imaginez, si je vous déballe comme ça, de but en blanc :

Introduction:

Dimanche 17 Novembre, les U12 du RCPB ont joué des rencontres amicales à Bonneuil, contre le BVB et l’Union des Bords de Marne.

Développement

On se les caillait, on avait 18 joueurs, qu’on a divisé en deux équipes de 9 pour jouer à 5.

Conte le BVB, l’équipe 1 a pris 6-4, tandis que l’équipe 2 a gagné 8-5

Contre l’UBM, l’équipe 1 s’est mangé 13 pions à 5. L’équipe 2, quant à elle a fait 7-7.

L’éducateur qui relate les faits s’est fait chambré tout l’après-midi sur son arbitrage. Quand il l’a suppléé au sifflet, l’éducateur de l’UBM n’a rien trouvé de mieux que de s’engueuler avec le bord de touche (le nôtre s’entend).

Conclusion:

Résultats mitigés mais pas de blessés à déplorer.

Il faut que les gosses écartent plus vite sur les ailes, autrement on arrivera à rien.

 

FIN

 

Alors c’est vrai qu’une telle narration répond à la stricte esthétique décrite par Aristote dans sa Poétique (la beauté d’un tout est conditionné par une structure triptyque immuable dictant que ce tout ait un commencement, une narration principale et une fin ; là encore, merci à Kaamelot ! Je rêvassais en philo le jour du cours et depuis je n’ai jamais trop cherché à m’embarquer dans les écrits Aristotéliciens. Surtout, qu’apparemment, la plupart ont disparu lors de l’incendie de la grande bibliothèque d’Alexandrie !), mais bon… Si vous voulez mon humble avis, Aristote ou pas : ça pète pas une cacahuète, le machin !

Allez écrire de la légende, avec ça !

On va essayer quand même.

 

Alors, n’en déplaise aux philosophe grecs, je saute l’introduction. On dira que l’exorde précédent (déjà une page quand même) y suppléera.

 

L’éducateur de l’UBM (celui qui s’est bien quiché avec notre banc de touche) étant accroché au règlement comme le rémora sur la coque du paquebot, nous jouerons au contact à 5, d’ailleurs c’est écrit là, alinéas 17 de la page 28, dans le petit tableau, ici, dans le règlement FFR diffusé le lundi 23 Septembre à 13 :02, vous lisez pas vos emails ?, nous division donc de nos lascars en 2 équipes de neuf joueurs chacune :

 

Equipe 1

Sofiane, Gurwan, Cédric, Mathys, Axel, La Hussette, Maxime, Donatien, Ruben

Equipe 2

Shangai, Nathan, Mady, Noé, Titouan, Jocelyn, Julien, Ito, Timéo

 

Sur un terrain de taille normale, à 5, la bonne logique veut qu’il faille faire courir l’adversaire, utiliser les espaces libres et pour tout dire souvent béants qui s’offrent à toi, aller y envoyer dare-dare ton ballon (avec un joueur qui porte ce ballon si possible) vers ces espaces au bout desquels, justement débouchent les essais.

Bon, cette logique – pour aussi simple paraisse-t-elle – a quelques peu échappé à l’intégralité des acteurs de toutes les rencontres, à l’exception de ceux de l’UBM qui, pour leur part, n’étaient venus qu’à 7, justement préparés et gonflé à bloc pour ce type de jeu qu’ils ont dû largement pratiquer à l’entraînement.

Pour notre équipe 1, aux joueurs davantage porté sur le jeu en pénétration (on va le décrire comme ça), doués techniquement, mais particulièrement pour le jeu dans la défense, offload et compagnie, l’après-midi a été plutôt frustrante.

Ils ont couru après les fantômes de l’UBM tout l’après-midi, sans se décourager toutefois, mais ramassant une tôle à la fin.

Ils ont fait jeu plus ou moins égal avec le BVB, équipe dotée de très belles individualités, mais prompte à se décourager quand elle prend la marée.

Pourtant, le garçons nous ont montré par deux essais de toute beauté conclus par Mathys (entre autres), parti s’exiler à l’aile, qu’ils étaient capables d’écarter leur jeu quand ils le voulaient (ou plutôt quand l’idée leur en venait).

Notre penseur maison, Ito, m’expliquera par la suite que la faute de ces défaites en incombe totalement à l’entraîneur (à qui d’autre ?) qui a décrété les équipes.

Moi en l’occurrence.

« Tu comprends pas ! (Non, apparemment non) Tous nos rapides étaient dans l’équipe 2 ! »

Pas bête, comme remarque ! D’autant plus pertinente qu’elle s’avère plutôt juste, même si sur ses essais, Mathys nous a prouvé que son puissant gabarit n’altérait en rien la promptitude de ses jambes et que question vivacité, Axel et la Hussette ne donnent pas non plus leur part aux chiens.

Pour tout dire, sans trop réfléchir, hâté par le temps, on avait divisé les mômes en taillant dans le tas, sans triage, façon Moïse quand il écarta les eaux, là, une colonne à droite, l’autre à gauche, tels qu’on les avait trouvé pour l’exercice de plaquage de La Dolle.

Quoiqu’il en soit, en ce qui concerne l’équipe 2, parfaitement alimentées par Shangaï et Nathan, les gambettes de Noé, Mady, Ito et Jocelyn ont fait exploser le BVB.

D’autant plus qu’Ito (encore lui) frappé de lucidité tactique par ce froid samedi entame la première action par un rasant (« Trop facile, y’a personne qui couvre à l’arrière ! ») qu’il s’en va récupérer à la pousse ballon façon footballeur pré-retraité du dimanche, dans le jardin après l’apéro, et ceci jusqu’à l’en-but. Nathan, Shangaï et Noé ont aggravé l’affaire, avant que Jocelyn n’y aille de sa réalisation, suite une percée bien personnelle de notre philosophe en chef qui tout d’un coup, arrivé vers la ligne d’essai se dit « Aïe, tu vas voir que ça va encore barder pour mon matricule ! » Il se retourne, heureusement y’a Jocelyn qui a suivi, hop je me débarrasse de la gonfle, marque, copain, vois, je suis grand prince !

Soit dit en passant, demandez à Coach Riou, quelques années auparavant, notre Jocelyn nous aurait probablement commis un bel en avant sur cette passe assez inopinée et pour ne pas dire surprenante.

Donc, comme quoi, tout rentre peu à peu, pour peu qu’on y mette du sien. Et il est rare que notre Jocelyn n’y mette pas du sien !

 

La chose a été plus compliquée contre l’UBM, décidément très doués, qui avaient collé une belle danse au BVB.

Cela a fini à 7 essais à 7, dont trois réalisations de Mady, résolument boulonné vers l’aile (tous les matchs), parfait d’opportunisme et de discipline.

J’étais persuadé que nous avions remporté ce match, grâce à notamment une très belle remontée en seconde mi-temps où le jeu s’est un peu corsé entre autres grâce à l’interprétation toute personnelle de l’arbitre quant à l’utilisation du coude dans le thorax de son adversaire ; Nathan en l’occurrence. Non messieurs, il ne s’agit pas d’un passage en force ! Le défenseur était en mouvement !

Mouais…

Quoiqu’il en soit, le planchot a infirmé mon impression. Malgré la très bonne prestation de Noé, Titouan and Cie dont la capacité à se lancer davantage que les copains de la première équipe a donné beaucoup de mal à ses adversaires.

A noter encore une très belle partition très maîtrisée des deuxième années Nathan et Shangaï qui ont largement contribué à mettre leurs copains sur orbite (en plus des essais marqué par eux-mêmes).

 

Pour Sofiane, Maxime, Cédric, Hussette, Ruben et Gurwan, ils se consoleront vite. Malgré les défaites, ils auront marqué des essais quand même et surtout produit un beau combat, illuminé de jolis gestes au contact. Probablement auront-ils sérieusement appris de ces matchs à la configuration assez inhabituelle pour nous cette année, due à la richesse bienvenue de notre effectif pléthorique.

A noter aussi les belles prestations des débutants des deux équipes, Axel, Titouan, Timéo et Donatien (j’ai déjà parlé de Mady) qui s’affirment tous peu à peu et qui prennent une place de plus en plus marquée dans le collectif de notre petite meute.

 

En conclusion (ben oui, je suis le plan de la Poétique, quand même. On voudrait pas offenser l’esthétique inconsciente découverte par la pensée Aristotélicienne) :

 

Le Parentomètre.

Grosse présence parentale ce 17 Novembre, notamment grâce à la venue d’éducateurs en exercice ou pas et autres dirigeants dont certaines ouailles présentes sur le terrain étaient passées – à un moment ou à un autre – par leurs mains.

Donc, Maître Paraire, Moumoute, Mr. Huss se sont joints à M/s. Barrié frères (vu que Shangaï avait amené son oncle), madame Barrié, les papa de Titouan et Donatien, la maman d’Axel, les Combs, les Malherbe et les Ferreira, La Dolle et moi-même pour encourager notre marmaille.

Pas mal de bruit donc ; surtout quand Nathan a ramassé la fameuse manchette !

On va donner le point aux parents.

Ça fait 2-2

Messieurs, les joueurs, vous savez ce qu’il vous reste à faire !

D’autant plus que demain (le 1er Décembre) on retourne jouer contre le BVB.

 

FIN.

 

Alors, quand même, vous me direz pas : ça pète un peu plus, non ?

Certes, j’avoue, pour la légende, on repassera !

De toutes façon, il n’y a pas trop à se racler la soupière, elle est toujours au même endroit, la légende ; dans l’encart blanc à droite de la carte.

Je le sais ! Quand on s’occupait des U10, l’an dernier, maître Paraire m’a expliqué : Il est cartographe !

Julien Pomel / éducateur et reporter de nos U12

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *